EN

In 2008 Gabriele Di Luca and Massimiliano Setti together with Luisa Supino, formed the theatre company Carrozzeria Orfeo of which they are writers, directors and interpreters of their shows and for which they also look after the composition of the original music.

Carrozzeria Orfeo: the name was created from the contrast of two very different words: the solidity of a carrozzeria (car bodywork) and the symbol of Art. The hard work of the profession and the sacrifice and manual skill of the craftsman and, at the same time, the will to live a dreamlike experience.

The poetic basis of the Company is the constant research for communion between physical theatre and the playwriting tied to contemporary themes within which emotions, immediacy and the relationship with the public are of fundamental importance.
This is a theatre which many defined as pop and that was inspired by the observation of contemporary in a constant search for the union of genres with the aim of melding irony with tragedy and enjoyment with drama. A continual excursion between reality and the absurd, between the sublime and the banal through stories that can be read at more than one level and a line of research that is never an end to itself.

Carrozzeria Orfeo wants to adhere to the themes of reality for the very reason of talking to the audience, to bring the public to the theatre by showing that you can talk of war and of contemporary themes by creating emotions, making them laugh and seeing beautiful images. Hence, stories than can be used by everyone and therefore that concern and interest the collective without losing strength and urgency.
This observation of reality pushes the Company’s dramaturgical path to exploring various fields of writing, acting and staging without neglecting training.
Popular and profound, entertaining and irreverent, crude and raw but, at the same time, strongly poetic, they move on that fragile boundary where, suddenly, everything can inevitably be resolved or precipitate.

Download our dossier

FR

Gabriele Di Luca et Massimiliano Setti créent en 2007 avec Luisa Supino la compagnie Carrozzeria Orfeo, au sein de laquelle ils sont auteurs, metteurs en scène et interprètes de leurs spectacles, et pour lesquels ils s’occupent également de la composition des musiques originales.

Le nom Carrozzeria Orfeo est né de la juxtaposition de mots très discordants : le caractère concret de la « carrosserie » est accolé à « Orphée » qui symbolise l’art. La difficulté du métier, le sacrifice et l’aspect manuel de l’artisanat, et dans le même temps la volonté de vivre une expérience onirique.

La poétique de la Compagnie repose sur la recherche constante de communion entre un théâtre physique et une dramaturgie liée à des thématiques contemporaines, au sein desquelles l’émotivité, l’immédiateté et le rapport avec le public revêtent une importance fondamentale.

Un théâtre souvent défini pop, trouvant son inspiration dans l’observation de notre époque, dans une recherche constante du mélange des genres, avec pour objectif d’unir l’ironie au tragique, le divertissement au drame. Un va-et-vient incessant entre réalité et absurde, entre sublime et banal par le biais d’histoires qui peuvent être lues à plusieurs niveaux, en suivant un itinéraire de recherche qui n’est jamais une fin en soi.

Carrozzeria Orfeo ambitionne d’être fidèle aux thèmes de la réalité, précisément pour parler aux spectateurs, pour amener le public au théâtre, en témoignant qu’il est possible de parler de guerre et de thèmes contemporains tout en émouvant, en faisant rire et en montrant de belles images. Avec des histoires qui sont donc accessibles à tous, qui peuvent concerner et intéresser la collectivité, sans pour autant perdre de leur force et de leur urgence.
Cette observation de la réalité incite la Compagnie à explorer dans son processus dramaturgique différents terrains d’écriture, de récitation, de mise en scène, sans pour autant négliger la formation.

Populaires et profonds, divertissants et irrévérencieux, crus et bruts tout en étant puissamment poétiques, ils évoluent sur cette frontière fragile où tout peut à l’improviste se résoudre ou s’écrouler inéluctablement.

Télécharger notre dossier